Cinq nouveaux incubés au SQY Cub

Dézoomer Zoomer Imprimer

Partager cet article :

Envoyer Twitter Facebook

Article mis à jour le 4 Octobre 2017

Si la première « promo » poursuit son incubation au sein du SQY Cub, cinq nouveaux porteurs de projets viennent d’être sélectionnés pour rejoindre la structure et y développer leurs projets innovants et leurs start-ups.

Ils sont arrivés le 18 septembre au sein du SQY Cub, l’incubateur de SQY. Leurs projets, tous innovants, ont été sélectionnés par un jury d’experts. Leur incubation peut commencer. Ugoline Soler va lancer Recnorec. Ce projet industriel met au point une technologie de recyclage qui transforme les déchets ultimes (sales et mélangés, voués à la décharge) en un matériau utile, sain et recyclable afin d’épargner des ressources naturelles.

Bernard Walsburger va développer FlexServices. une solution qui permet aux entreprises d’optimiser la gestion des ressources humaines affectées aux projets. Priscilla Lopez, doit quant à elle, créer sa plateforme web ODAVIE, destinée à faciliter l’accès aux services d’aide à domicile. Gamal El Ballat veut affiner son projet I BAT 3D, une technologie de fabrication additive permettant de faire le lien entre la conception des objets architecturaux complexe et leur réalisation pour l’aménagement intérieur des bâtiments.

Incubés 2017 SQYcubDe gauche à droite : Ugoline Soler, Petit-Pierre Gueret, Gamal El Ballat, Bernard Walsburger, Priscilla Lopez, Steve Ferey et Yannick Guéret© C. Lauté - Photothèque SQYEnfin, Yannick Guéret va finaliser Weez sport. Cette application mobile gratuite a pour objectif d’aider les sportifs isolés ou en manque de motivation à trouver un ou des partenaires pour les inciter à se remettre au sport et, à garder l’envie de continuer.

Un accompagnement sur mesure

Comme pour les sept premiers incubés, hébergés et accompagnés par le SQY Cub depuis un an, ces nouveaux promus vont bénéficier des services de l’incubateur Incuballiance.

« Leur parcours se fait en deux temps. Il passe d’abord dans le Génésis lab, pendant 3 mois. Durant cette période, ils vont aborder tous les volets de la création d’entreprise. Ils vont aussi travailler leur projet afin de savoir si leur offre répond bien à un marché, comment ils peuvent le valoriser. Ils vont aussi valider la faisabilité de leur projet, explique Valérie Cariou, chargée des relations entreprises au sein de SQY Cub. Ensuite, pendant la deuxième phase d’incubation, il y aura la mise en oeuvre de leur feuille de route et de leur business plan. Enfin ils valideront le projet et son modèle économique en le confrontant au marché. »

La période d’incubation peut varier de 6 à 24 mois. « Nous nous sommes fixés l’objectif d’accompagner une vingtaine de projets innovants par an, précise Valérie Cariou. Nous lancerons d’ailleurs un nouvel appel à candidature dès cet automne ».

Catherine Cappelaere pour www.sqyentreprises.com