Télétravail : un enjeu économique, social, et environnemental

Dézoomer Zoomer Imprimer

Partager cet article :

Envoyer Twitter Facebook

Article mis à jour le 4 Octobre 2017

Le 20 novembre dernier, les entreprises des Plans de Déplacements Inter-Entreprises (PDIE) se sont retrouvées en atelier pour échanger sur les enjeux et les bénéfices du télétravail.

Diminution des temps de transport, augmentation de la productivité et de l’efficacité, autonomie et motivation renforcées, meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée,… Tels sont les grands axes abordés lors de cet atelier.

Le télétravail, c’est d’abord un cadre législatif, comme l’a rappelé Gérard Vallet, Président de l’ANDT (Association Nationale pour le Développement du Télétravail et de la Téléformation) en introduction de cet atelier. Le 1er accord européen sur le télétravail date de 2002. En France, il faut attendre mars 2012 pour que la notion de télétravail soit inscrite dans le code du travail. Aujourd’hui, 113 accords d’entreprises incluent le télétravail dans l’hexagone. Le télétravail est devenu un outil d’attractivité des talents.

Télétravail, déplacements et développement durable
Le télétravail permet d’agir sur les 3 piliers du développement durable : le social, l’économie et l’environnement. Le fait de donner la possibilité aux salariés de travailler de chez eux se traduit par une diminution des trajets domicile-travail, et par là-même par une baisse des émissions de CO2. On estime que si une personne qui réside à 25km de son lieu de travail passe 2 jours par semaine en télétravail, elle économise 512 litres d’essence par an, soit 2 tonnes équivalent carbone en moins dans l’atmosphère. A l’échelle du territoire de Saint-Quentin-en-Yvelines et de ses 108 000 emplois, les enjeux sont considérables.

Puis, place aux témoignages et aux échanges d’expériences :
Au Crédit Agricole S.A., le télétravail a été mis en place il y a 3 ans avec 3 enjeux majeurs pour l’entreprise :

  • Humains : meilleur équilibre vie professionnelle / vie personnelle, autonomie, diminution du stress et de la fatigue
  • Economiques : augmentation de la productivité
  • RSE : impact favorable sur la notation sociale, image attractive de l’employeur

La volonté a été dès le départ de positionner le télétravail comme un élément de performance pour le groupe.
Aujourd’hui, le télétravail concerne 600 collaborateurs, soit environ 10% des salariés, avec un relatif équilibre hommes / femmes.

Chez Renault SAS, un accord d’entreprise, signé en 2007 et complété en 2010, a ouvert le télétravail à tous, ingénieurs, cadres, techniciens, employés, avec une obligation d’assurer son activité au minimum 1 jour par semaine sur son lieu de travail. Depuis, on constate une croissance continue du télétravail dans l’entreprise : 600 en décembre 2010, plus de 1800 en décembre 2014. Sur le site du Technocentre, cela concerne plus de 1100 collaborateurs (contre 490 en décembre 2011), avec une répartition quasi équivalente entre hommes et femmes, et 88% des télétravailleurs qui ont opté pour un télétravail sur 1 ou 2 jours par semaine.

Pour les entreprises et leurs collaborateurs, les bénéfices du télétravail ce sont :

  • Un meilleur équilibre vie privée / professionnelle
  • Une meilleure qualité de vie au travail
  • Un facteur de motivation
  • Un facteur de performance et d’efficacité
  • Une économie de temps de transport
  • Une diminution du risque routier
  • Une diminution de l’empreinte carbone
  • Une contribution à l’attractivité de l’entreprise

Plus d’infos :
www.andt.org
http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F13851.xhtml

Prochain atelier PDIE : le 4 décembre – Au programme : le covoiturage